Laporte est le spécialiste mondial des lanceurs et cibles de ball trap depuis 1927

Toute une histoire

Laporte, une vocation de créateurs depuis plus d’un siècle… 

Au 19ème siècle, la famille LAPORTE était renommée pour la qualité des matériaux de construction (pierres de taille, pavés, etc.…) qu’elle fournissait à partir de l’exploitation de carrières. Sous le Second Empire, elle se spécialise dans la fabrication de « ballast » pour les Chemins de Fer et le Métro, devenant ainsi une grande entreprise de travaux publics. Après 1918, les Entreprises Emile Laporte et Compagnie se transforment en fabricants et distributeurs de matériaux de construction, regroupant alors une douzaine d’usines réparties sur le territoire français.

Tout  commence en 1927…

Pour permettre à ses amis chasseurs de s’entraîner lors des périodes de fermeture, Emile Laporte,  grand passionné de chasse, met au point, en 1927, le premier lanceur à main : le « Projecteur n°1 ». Il s’agit d’un lanceur en bois monté sur ressort et actionné manuellement par un bras en métal. Son invention va révolutionner le Ball Trap ; la machine pesant seulement 5 kilos est vendue sur toute la France et la Belgique. Les pigeons fabriqués à l'époque en argile sont lancés à la même période. En 1931, la production annuelle avoisinait un million de pigeons par an. Aujourd'hui, elle est de : un million de pigeons par jour!

Un engouement et une passion familiale…

Emile Laporte ne s’arrête pas là et crée dès 1930 un second modèle de lanceur plus performant. Lors de sa présentation, son jeune fils Pierre est déjà à ses côtés et pose avec la nouvelle machine. La passion que l’on lit sur son visage ne le quittera plus et il prend naturellement la tête de l’entreprise à la mort de son père en 1936. Pierre Laporte continue son œuvre avec la même flamme et le même goût du progrès. Dès 1947, il utilise la première machine automatique pour fabriquer des pigeons. D’autre part, il multiplie les innovations avec par exemple la mise sur le marché du Rabbit, une cible roulante qui simule la trajectoire d’un lièvre dans les parcours de chasse ou encore en 1956 la naissance du « Junior Trap 75 ».

Une ascension Olympique…

En 1960, Pierre fait entrer le nom Laporte dans l’histoire Olympique lors des Jeux de Rome où il est le fournisseur officiel des cibles et des lanceurs. Cette collaboration est le fruit de plusieurs décennies de travail, de persévérance et d’efforts. Sélectionnée de nouveau pour les Jeux de Tokyo quatre ans plus tard, l’entreprise antiboise poursuit son ascension en développant toujours de nouveaux produits dont la SKEET 1000 et la TRAP 2000 en 1966. L’année 1969 marque l’essor de la société avec l’implantation à Sermaize, dans la Marne, d’une nouvelle usine de cibles.

Trois générations de savoir-faire, de performances et de qualité…

En 1972, Jean-Michel Laporte, actuel PDG, prend à son tour les commandes de la compagnie avec le même désir, celui de créer et d’entreprendre. Dès 1973, Il lance un nouveau modèle, la Trap 125 et ajoute l’année suivante une Division Ciblerie Police et Militaire. Il fait de son entreprise un incontournable du Ball Trap international avec à nouveau, deux sélections pour les Jeux Olympiques de Montréal en 1976 et Moscou en 1980. La croissance se poursuit et Jean-Michel Laporte charge ses équipes de  créer une série de produits plus innovants avec un fonctionnement plus simple, et dont la qualité exprime clairement la conception du produit. Naissent ainsi au fil des années des lanceurs légendaires comme la Trap 185 (1985), l’Auto-Rabbit (1987) et la Teal-Trap (1988).  Une nouvelle usine de lanceurs est implantée à Biot en 1990. Le savoir-faire et l’image de marque permettent à la société Laporte d’obtenir un contrat unique, avec la célèbre marque de fusil WINCHESTER. Dans la même période, le "pigeon télégénique Flash" est lancé à travers le monde et il est utilisé en exclusivité pour les Jeux Olympiques.

Un engagement écologique pour les générations futures…

Avant-gardiste, Jean-Michel Laporte est à l’origine, dès 1990, des premières cibles en matériaux biodégradables et de l’utilisation de peintures non nocives. Depuis, de nouvelles matières respectueuses de notre environnement sont venues enrichir les gammes des produits Laporte qui s’inscrivent toujours dans une démarche responsable.

Un nouveau millénaire...

L’an 2000 marque un tournant avec le rachat de deux concurrents européens : l’un à Bottesford en Angleterre et l’autre à Formerie dans L’Oise. Avec une capacité de production de 200 Millions de cibles et de 3000 machines par an, l’entreprise Laporte devient le premier fabriquant mondial de « cibles et de lanceurs ».  Jean-Michel Laporte s’attache en parallèle à diversifier ses exportations vers plus de 80 pays. Il développe de nouveaux marchés comme le Moyen-Orient, la Chine ou encore l’Australie et renforce son réseau de distribution. Les références en terme de fiabilité et de qualité conduisent  l’entreprise Laporte à être de nouveau choisie comme fournisseur officiel des cibles et des lanceurs aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004. Elle renouvelle sa participation aux Jeux de Pékin en 2008, à Londres en 2012 et signe sa huitième Olympiade pour Rio en 2016.

Un avenir bien ciblé…

Fort d’une expérience de plus de 80 ans, de 8 sélections Olympiques et de plus de 2500 clients sur les cinq continents, le nom Laporte fait partie intégrante de l’histoire du Ball Trap. Il continue à l'écrire aujourd’hui et le fera encore demain avec ses fils Frédéric et Thomas Laporte qui ont hérité de la même passion, du même goût de l’innovation et de performance animant la société depuis ses débuts en 1927.
Le lancement de l'application mobile WeShoot en 2015, dédiée à la Communauté des Tireurs Sportifs, marque un nouveau tournant dans l'histoire de la société. 

Les pionniers tracent toujours l'avenir !